"De nouvelles formes de mobilisation sur le Net" – Les Echos

Standard

D’autres relaient leurs témoignages-chocs, comme le blogueur et militant des droits de l’homme, Tristan Mendès-France : « Nous sommes tous des Anonymes. Cela permet de mettre une pression invisible sur l’Etat et de retourner la peur contre les autorités. »  Les images du passage à tabac de deux Egyptiens circulaient hier sur les réseaux sociaux, remarque-t-il : « Grâce aux captures d’écran, les individus qui ont commis des violences finiront par être identifiés », et donc sanctionnés, souligne le militant à l’appui de ses propos.

Alors certes, la Tunisie n’a pas vécu une « cyber-révolution » selon lui, car c’est toujours en descendant dans la rue qu’on renverse un dictateur. Mais les internautes ont une petite part dans la victoire : « Cette mobilisation participe au feu ardent qui explique qu’un million de personnes manifestent en Egypte. En coupant Internet, l’Etat avoue qu’il a peur. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *