Tapie, victime de la lutte des classes ?

Standard

Cette phrase pour le moins étrange prononcée par notre secrétaire d’État chargée de la politique de la Ville, Fadela Amara :

Au-delà du fond, Bernard Tapie est jugé parce qu’il appartient à la classe populaire. Attention à cette noblesse d’État qui voudrait qu’on revienne à une sorte d’aristocratie d’État qui dirigerait notre pays et les gueux resteraient à leur place. Via Libé papier du jour.

Pardon ? Tapie victime de ses origines populaires ? (sic et arf) Il a pourtant gagné l’arbitrage avec un effarant 40 millions d’euros de préjudice moral, quand une famille perdant son enfant reçoit quelques dizaines de milliers d’euros. Je ne vois pas en quoi il est à plaindre. Si c’est ça être victime de ses origines populaires, combien rêveraient d’être à sa place aujourd’hui ?
Je crois que Fadela devrait se pencher sur ceux qui sont vraiment victimes de leurs origines populaires dans le logement notamment et pas sur ceux qui brassent des millions et vivent dans un hôtel particulier.
Une belle occasion de se taire ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *