Arche de Zoé : un procès contre l'immigration ?

… cette émigration massive vers les pays d’Europe des forces vives du continent […] n’est-elle pas le signe d’un manque d’amour des citoyens africains pour leurs patries ? […]
Cette frénésie chez certains Noirs d’Afrique de vouloir troquer leur nationalité voire leur identité au profit de celles de certains pays occidentaux ne participe-t-elle pas aussi à cette déliquescence de la souveraineté des Etats africains ?
Ayaovi Agbobli, dans une Tribune sur l’Arche de Zoé (Libération du jour)

Si des africains viennent mourir sur nos côtes européennes, ce n’est pas pas par désamour de leur patrie, ni par défaut de souveraineté de certains états africains. Mais parce que ces individus n’en peuvent tout simplement plus de vivre là où ils vivent, de subir des injustices, des agressions, des discriminations, des famines ou la guerre.

Cette affaire de l’Arche de Zoé est en train d’alimenter un discours angélique sur la souveraineté des états africains, dont les premières victimes seront les immigrés eux-mêmes. Et ça me désole.

vcast/ Enquête en Dieudonnie : l'analyse du politologue Jean-Yves Camus (3)

Suite aux récentes polémiques autour de Dieudonné (voir mes précédents posts sur le sujet), je voulais donner un peu de perspective au débat, en interrogeant un politologue, spécialiste des réseaux extrémistes. J’ai pensé à Jean-Yves Camus, qui travaille actuellement à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), pour qu’il nous livre son analyse. Mesuré, il donne son analyse du cas Dieudonné en élargissant la problématique.

Si j’ai voulu revenir sur cette affaire (notamment la liste de juifs publiée, un temps, sur le site des Ogres), c’est aussi parce que j’ai été l’objet, ces derniers jours avec d’autres (Guy Birenbaum, Sylvain Attal, ou les Humains-Associés), d’une charge peu sympathique pour ne pas dire antisémite. Ma démarche est aussi une façon pour moi de répondre calmement à certains exités.

MAJ du 05/04/06. Dans le téléscripteur des Ogres, on peut lire : « Camus est plutot cohérent et raisonnable ici »[31/03_18h58]. Lueur d’éveil ou double discours ? À mon avis c’est la 2ème option : lisez plutôt ceci, surtout le commentaire Ogresque sur le site grioo.com – site que j’ai connu plus amical ici.

Durée 15 mn. (NB : attendre le téléchargement)

Les kémites, enfants monstrueux de Dieudonné ? Enquête en Dieudonnie (2)

Accrochez vos ceintures pour un saut dans l’inconnu : le kémitisme, enfant monstrueux du dieudonnisme. Ce groupuscule sectaire ésotérico-politique et ultracommunautariste a déjà fait parler de lui dans les médias. Sorte d’avatar, wanabee, des blacks muslims, les « kémites » de la tribu Ka ont quelque chose de Star Trek ou Star Gates (ils ne disent pas bonjour mais hotep et se disent descendants des Égyptiens…). Plus sérieusement, ils refusent par exemple les mariages interraciaux et selon Primo-europe faisaient le service d’ordre des Indigènes de la République, comme le DPS le faisait pour le FN.

Dirigé par Stellio Gilles Robert dit Kémi Séba (ça sonne mieux), un strasbourgeois d’origine qui a fleureté avec Nation of Islam, les kémites de la tribu Ka se révèlent être surtout antisémites et profondément illuminés : En 398 av. J.-C., les juifs auraient jeté une malédiction sur les noirs (génial non ?). Mélange imbuvable d’Harry Potter, de scientologie, et de Garaudy, leurs théories foireuses trouvent malgré tout quelques crédules. Même s’il faut s’en tenir une sacrée couche pour avaler la bouillie idéologique teintée de spiritualité à deux balles que nous sert le sergent-chef de la tribu Ka. Les ogres jouent de leur audience pour propulser ces marginaux en leur offrant une tribune complaisante. D’origine également ivoirienne, Robert dit Kémi Séba semble avoir de vague relation avec les « Patriotes » ivoiriens (les ultras de Gbagbo), tout aussi excités, qu’il soutient ouvertement.

Cerise sur le gâteau, cet interview de Robert via le site des Ogres. Espérons qu’elle ne disparaisse pas trop vite, c’est un vrai moment de bonheur. Robert, donc, flanqué de deux acolytes bien peignés (pâle immitation des gros bras de Farakhan) pour le décorum, et des propos qui partent en live , intellectuellement très limités, et au final, navrants (« Je préfère Le Pen … à François Hollande« ). Chemin faisant, il y explique notamment son soutien à Dieudo malgré le fait que sa femme soit « leucoderme » ou blanche.

Robert qui, au passage, est en délicatesse avec la justice pour cette lettre aux associations juives (La Provence, février 2006) :

Ka tastrofMessage de la Tribu K.A à la communauté juive.

Nous observons depuis ces derniers jours suite à la mort du vendeur de portable Ilan Halimi qu’une véritable chasse à l’homme se dessine envers Youssouf Fofana, accusé par votre communauté d’être responsable de la mort de l’un d’entre vous.

Nous n’irons pas quatre chemin, que notre frère soit coupable ou pas, nous vous prévenons que si d’aventure, il vous prenait l’envie d’effleurer ne serait-ce qu’un seul des cheveux du frère, au lieu de lui laisser avoir un procès équitable, nous nous occuperons avec soin des papillotes de vos rabbins, et croyez nous, vos pseudo services de sécurité de la LDJ ou du Betar ne vous seront d’aucune aide face à la volonté de justice des nôtres.
Laissez le frère se faire juger équitablement ou vous paierez.
Kémi Séba, Fara de la Tribu K.
(C’est frais)

Bref de la provoc classique pour faire de l’audience. Ce qui ne manquera pas d’attirer à eux d’autres paumés…

  • Pour ouvrir : Il y a un an déjà, cette excellente analyse vidéocastée de mon ami et politologue, Jean-Yves Camus.
  • MAJ : Video du 30 mai 2006 Tribu Ka/ JY Camus sur France 2
  • MAJ : Audio du 30 mai 2006 Kémi Séba/ RMC

97 % des humains n'ont pas de blog

Voilà un chiffre, qui refroidit un peu les ardeurs… Bon on est quand même 200 millions dans la blogosphère mondiale (Le Monde du 6 janvier 2006 évoquait 50-70 millions…). Mais 97% de sans-blog, ça fait quand même du monde qui ne nous lit pas… Et dire que certains parlent encore de fracture numérique. Là, franchement, c’est plutôt de gouffre dont on devrait parler.

97%, c’est aussi un chiffre qui donne le vertige à certains. Le Blog du Hérald dont je tire cette estimation évoque le risque d’une bulle blogosphérique (même s’il estime qu’il y a encore un gros potentiel de marché).

To those who think there is a bubble (and I’m starting to think there is when it comes to Web 2.0 services), in the [tag]blogosphere[/tag] there is still a lot of potential market place to conquer.

Un marché encore très ouvert surtout si l’on se réfère aux quelques centaines de blogs recensés en Afrique. Pour une estimation par pays, c’est ici.

Et tant qu’on est dans les chiffres, il faut savoir que toutes les secondes naissent quatre enfants et… un [tag]blog[/tag]. Soit un enfant sur quatre blogosphérisé… J’écrie, j’écrie, mais un quart de ceux qui lisent ce blog, ne savent pas ce qu’est un blog… 😉

Blog : nouveau média politique africain ?

AfricaOn estime aujourd’hui entre 50 et 70 millions, le nombre de blogs dans le monde (voir Le Monde du 6 janv. 06). Dans leur grande majorité, on les retrouve sans grande surprise aux État-Unis et en Europe. Le phénomène se développe néanmoins en Afrique où il offre des espaces de communications inédits. On compte à ce jour, selon Ethan Zuckerman du Berkman Center for Internet and Society de l’Université de Harvard et rapporté par le Sudan Tribune du 16 janvier 06, quelques centaines de blogs dans des pays comme le Nigeria, le Kenya, le Zimbabwe, l’Afrique du Sud ou l’Égypte.

Ces blogs, contrairement aux nôtres, ont une vocation spécifique. Ils jouent d’abord un rôle politique important et sous-estimé, notamment dans les régions en conflit. On apprend par exemple (toujours selon le Sudan Tribune) que deux chefs de guerre du principal mouvement rebelle du Darfour, l’Armée de Libération du Sudan, qui luttaient pour le contrôle de la rébellion depuis un an, ont, jusqu’ici, réussi à éviter que le sang ne coule en s’affrontant virtuellement sur… leur blog respectif.
On ne compte plus les blogs à partir desquels des opposants ou des rebelles organisent leur communication, ou coordonnent leurs actions.

Continuer la lecture de Blog : nouveau média politique africain ?