[Nota Bene] Jean-Marie Le Pen et Pierre Mendès France

Standard

« vous savez bien, monsieur Mendès France, quel est votre réel pouvoir sur le pays. Vous n’ignorez pas que vous cristallisez sur votre personnage un certain nombre de répulsions patriotiques et presque physiques» – Jean-Marie Le Pen 11/2/58.

Cette haine de PMF, Le Pen la doit à l’un de ses mentors Pierre Poujade dont on entendit ici toute la finesse.


Poujade par MisteurCocktail

@posthumes : quand les romains tweetent d'outre-tombe

Standard

Je n’ai pas pu résister. Après m’être beaucoup amusé avec les “tweets de Pompéi” (toujours en cours), j’ai voulu poursuivre l’expérience. Et je suis tombé sur cet ouvrage : ‘Tombeaux romains – Anthologie d’épitaphes latines’ – édition Le Promeneur (merci à la libraire de l’Arbre à lire, square Saint-Médard). J’ai été tout de suite saisi par la qualité des messages qu’on pouvait lire. Des inscriptions posthumes d’une étrange modernité, avec un je ne sais quoi de familier.

J’ai appris dans cet ouvrage que le rôle que donnaient les romains à leurs tombes – il n’existait pas de cimetière, les tumulus étaient disposés le long des routes, était d’interpeller le passant afin qu’il lui offre quelques secondes d’attention. L’usage voulait qu’on lise à voix haute les inscriptions. Une façon d’invoquer le mort et de lui redonner un souffle de vie quelques instants à travers notre bouche.

Comme dans l’expérience précédente, je me suis dit que ce serait intéressant de republier certaines de ces épitaphes (du 1er au 4e siècle) sur Twitter. Histoire encore une fois, de leur redonner brièvement l’attention qu’elles méritent et de montrer combien leur façon de parler, de penser, nous sont proches.

De l’humour noir, une touche d’absurdité, un brin de mélancolie douce, un zeste d’amertume, voilà le cocktail historique que je vous propose de revivre en suivant : @posthumes sur Twitter.

Dispositif : 50 épitaphes sur 50 jours, à lire à voix haute (comme toute lecture antique).

 

Faux profil de site de rencontre versus Google Image

Standard

Voilà la chose. Un ami passe chez moi et me parle d’une jeune ingénieure parisienne qu’il a rencontrée en ligne, avec qui il échange des mots doux depuis quelques semaines. Elle se fait désirer, minaude, lui passe son numéro de portable mais refuse toute rencontre IRL. Lui, commence à se faire des histoires et à se prendre la tête (il est assez fleur bleue). Il me parle d’elle avec les yeux qui brillent et me propose de voir la seule et unique photo qu’il a d’elle. Un rapide coup d’oeil me fait douter (la pratique diront les mauvaises langues). Je lui demande de me la transférer pour que je puisse la passer au crible de la terrifiante moulinette à images de Google.

Comme ceci.

Searchgoogle

Résultat ?

Usurp

Je retrouve sans grande surprise la photo originale de sa supposée copine sur le myspace d’une Américaine semblant plutôt travailler dans l’univers du X. Mieux, la comparaison des deux images montre que l’usurpatrice a fait un rognage pour cacher la signature de la photo originale. Préméditation monsieur le juge !

Elle lui avait pourtant expliqué en détail le contexte de l’image : une amie avait su la mettre en confiance, ce qui expliquait selon elle sa posture suggestive. Alors qu’en fait, elle, elle se disait ‘sérieuse’ et n’aimant pas ‘le superficiel’, ni ‘le jeu des apparences’, ni ‘les gens pas vrais’, tout ça.

Bref, du bon gros mytho.

Mon ami lui a envoyé la capture d’écran ci-dessus sans un mot et nous en sommes là. 

Tout ça pour vous dire : n’hésitez pas à faire des captures d’écran et les passer à big brother Google quand vous avez un doute, ça pourra peut-être vous éviter quelques tracasseries. Et si vous avez une photo volée sur le net en guise de profil sur un site de rencontre, sachez que vous vous exposez à du EPIC FAIL.

PS : je sais que certains d’entre vous penseront que cet ‘ami’ dont je parle, n’est qu’un personnage fictif derrière lequel je me cacherais lâchement. Je comprends. J’aurais tendance à penser la même chose à votre place. Seulement voilà, ç’est pas le cas. :p

Sur ce.

 

@MursdePompei – les 'tweets' de Pompéi

Standard

Il y a quelques mois de cela j’ai visité l’exposition sur Pompéi au musée Maillol. Outre les statues #nsfw, qui m’ont particulièrement interpellé, ce sont surtout les inscriptions murales répertoriées dans un petit livre chiné à la librairie du musée qui ont attiré mon attention (Sur les murs de Pompéi – Choix d’inscription latine, Philippe Moreau).

Il s’agit d’un recueil de petites phrases déposées par des citoyens de Pompéi sur les murs de la cité. Des messages parfois obscurs, obscènes, d’autres politiques, moqueurs ou drôles comme autant de petits témoignages intimes exposés à la vue de tous.

Et là soudain, je me suis arrêté en me disant : “mais c’est des tweets !”.

Et comme j’ai l’esprit joueur, j’ai pensé que ça serait amusant de réinjecter ces bribes de phrases pompéiennes sur Twitter. 

Histoire de leur redonner vie, un instant, et de constater notre proximité avec elles malgré les millénaires qui nous séparent.

Dispositif : je vais tweeter aléatoirement une sélection subjective d’inscriptions murales tirées de l’ouvrage de Philippe Moreau en y associant le Hashtag : #MursdePompei – j’en publierai une par jour sur 50 jours.

Le lien vers le compte twitter dédié : https://twitter.com/#!/mursdepompei

[Pratique] Espionner un compte Twitter sans être vu.

Standard
Je forme pas mal de journalistes sur Twitter. Et parfois, ils me demandent comment suivre un compte Twitter sans être vu. Comme par exemple suivre le compte Twitter d’un facho sans qu’il s’en aperçoive.
Eh bien parce que je suis sympa, voilà deux méthodes expliquées pas à pas.

1. La méthode “Liste privée”
Dans cette hypothèse vous devez avoir un compte Twitter.
• Allez sur votre page de profil Twitter (pas la page d’accueil). ex: twitter.com/votreidentifiant
• Cliquez sur “Listes” sous l’image de votre avatar.
• Cliquez ensuite sur le bouton “Créer une liste” qui apparait sur la droite.
Capture_dcran_2011-12-13_17

•Remplissez le petite formulaire, en n’oubliant surtout pas de sélectionner “Privée” dans les options de confidentialité. Comme ici :
Capture_dcran_2011-12-13_17

• Sauvegarder votre liste. 
• Il vous suffit enfin d’ajouter dans le formulaire qui apparait les comptes Twitter que vous voulez suivre en toute discrétion (personne ne saura ni ne verra rien).
Capture_dcran_2011-12-13_17

Et voilà. Revenez à votre liste lorsque vous voulez lire les dernières publications en toute discrétion.

2. La méthode “Google Reader”.
Dans ce cas, vous n’êtes pas obligé d’avoir un compte Twitter (même si c’est mieux).
• Allez sur Google Reader (l’agrégateur de flux RSS de Google) : http://google.com/reader
Pour en bénéficier vous devez posséder un compte Gmail ou Google (si ce n’est pas encore le cas, inscrivez-vous sur Google c’est toujours utile).
• Allez dans la rubrique “Parcourir” sur la gauche.
Capture_dcran_2011-12-13_17

• Ensuite cliquez sur l’onglet “Rechercher” au centre.
Capture_dcran_2011-12-13_17

• Descendez (scrollez vers le bas) jusqu’à voir ce formulaire de recherche :
Capture_dcran_2011-12-13_17

• Sélectionnez “Twitter Search”.
0capture_dcran_2011-12-13_17

• Il vous suffit ensuite d’écrire le nom du compte Twitter que vous voulez suivre, précédé de “from:”. Imaginons que je veuille suivre le compte Twitter du Front National sans être vu.
J’écris dans le champs : “from:FN_officiel”. Comme ci-dessous.
Capture_dcran_2011-12-13_18

• Cliquez sur “S’abonner”. Et voilà ! 
Capture_dcran_2011-12-13_18

Grâce à ces méthodes, vous suivez le FN sans qu’il le sache, vous ne lui ajoutez pas un “follower” supplémentaire et votre nom n’apparait pas.
Sympa non ? 😉

NB : je ne parle pas du cas où vous auriez un compte Twitter “fermé” (c’est marginal et pas génial).

Si vous connaissez d’autres méthodes, partagez-moi ça ici. Thanx.