Réseaux sociaux : 6 astuces pour bien troller

Quelques conseils pour un troll en environnement 2.0.

 

1. Le Change Of Contexte Trolling
Ce dispositif marche bien sur des plateformes qui autorisent la modification de ce qu’on vient de publier. Par exemple Google+.
L’idée est alors assez simple.
Vous posez une question du type : « vous aimez la bonne bouffe méditerranéenne?« 
À quoi répondront en coeur d’autres internautes « ouiiii« , « top ! » « fan j’adooore!« .
Il vous suffit alors d’éditer le contenu de votre question par « Est-ce que vous envisageriez d’avoir des relations sexuelles avec un nouveau-né ?« .

 

2. Le Conference Hashtag Trolling
Sur Twitter, si vous avez la chance de tomber sur un hashtag publié directement sur l’écran situé derrière un conférencier, c’est votre moment. Il vous suffit de pourrir d’insultes le conférencier. Lui ne verra rien mais l’assistance elle si. Impeccable.

 

3. Le Fake RT
Toujours sur Twitter. Extrêmement simple et efficace.
Vous prenez un tweet bien sympa et vous le retweetez en lui faisant dire l’inverse de ce qu’il raconte ou autre chose de bien trolleux.
Par exemple.
« @lolo : ma femme me manque » devient « RT @lolo: Nadine Morano me manque« . Super.

 

4. Le Troll-Liking sur Facebook
Tout est dans le titre. L’idée est de gratifier d’un ‘Like‘ tous les commentaires de celui ou ceux qui pourrissent le plus un fil d’une discussion.

 

5. L’Avatar Bombing
Là c’est aussi assez simple, si votre avatar apparait quelque part, dotez le d’une image judicieuse.
Par exemple sur Facebook, dotez-vous d’un drapeau israélien et likez la Fanpage d’Arafat (ou d’un drapeau palestinien sur la Fanpage de Sharon).

 

6. Le Geotrolling
La fonction de « Rappel » geolocalisé sur iPhone permet d’optimiser son trollage dans l’espace.
Comme ici dans cet exemple.
photo
Si vous avez d’autres suggestions, je suis preneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.