11 septembre. Si j’avais été la CIA.

Standard
Je rebondis sur un des tweets de JM Brassart, un septique éclairé que j’ai plaisir à suivre. Dans son tweet, il mentionnait un article titré : “Si j’étais la CIA attaquant les tours jumelles…”. L’auteur s’amuse à imaginer ce que la CIA aurait du faire si elle avait vraiment organisé les attentats.

J’ai voulu m’amuser au même jeu, à ma façon, en vous parlant d’un épisode avec lequel j’ai une certaine proximité.

Tout a commencé avec une rencontre improbable. Le 11 septembre 2007 à NY lors d’une édition de blogtrotters.
J’ai eu la chance (si on peut dire) de croiser Dylan Avery, l’auteur de Loose Change, un pseudo docu sur les attentats devenu culte chez les conspirationnistes.
Dans cet échange, je m’étonnais d’une chose : pourquoi dans l’hypothèse d’une conspiration, la CIA a-t-elle envoyé deux avions sur les Twin Towers, pour ensuite s’embêter à les dynamiter ?

Sa réponse se trouve après son délire sur le mossad et des entreprises israéliennes.
En gros, si la CIA n’avait pas dynamité les bâtiments ça n’aurait pas été aussi grave, on ne parlerait pas de 11 septembre.

Deux avions de lignes pleins de passagers qui s’écrasent sur des tours avec des gens dedans, ça ne suffit pas pour les qualifs “attentats du 11 septembre”. Les attentats de Bombay, d’Espagne ou de Bali, c’était de la gnognote. Pas assez spectaculaire.

Imaginons une seconde que la CIA ait bien organisé les attentats comme les conspis l’imaginent.
Donc déjà, l’Agence envoie deux avions de ligne sur les tours, un missile sur le Pentagone, et on sait pas trop ce qu’ils ont foutu avec le vol 93, probablement le travail d’un stagiaire.
Pour le missile, le billet précédemment cité y répond.
Pour le reste, je m’y colle.

La CIA décide donc non seulement de viander deux avions de ligne sur les Twin Towers mais aussi de dynamiter ces dernières, façon démolition contrôlée (je me tiens à la version conspi).
Ça doit être le travail du même stagiaire. Parce que si on démolit de façon contrôlée deux voir trois gros buildings (oui pour les conspis il y en a trois), ben les gens risquent de voir que c’est… une démolition contrôlée. Pas très fin tout ça. Foutu stagiaire.

 
Ensuite, le plan implique d’employer un pro des spectacles pyrotechniques, façon 14 juillet. Parce que synchroniser l’écroulement de deux tours avec le crash de deux boings (quand on sait les retards que peuvent prendre certains avions de ligne), c’est pas gâteau. On sent encore ici aussi la patte de notre stagiaire.

Il faut bien sûr placer des charges à tous les étages, une centaine d’étages par tour (plus l’autre bâtiment, la Tour 7). À supposer qu’il y ait plusieurs charges à mettre par étage (comme pour les démolitions contrôlées standards), on a plus de 400 (600, 800 ?) charges à placer. Niveau discrétion, ça va pas être de la tarte. Beaucoup d’emmerdements potentiels. Faut pas être vu, ou alors se faire passer pour des femmes de ménages ou je ne sais quoi. Demandez au stagiaire, c’est son plan.
Ah oui, et enfin pour rendre l’opération un chouya plus piquante, on choisit d’installer tout ça dans un endroit bien discret. Genre dans les tours les plus animées de la ville. Histoire de bien se compliquer le truc.

Et le plus fou dans tout ça, dans tout ce plan foireux qui n’a ni queue ni tête, c’est qu’il y a des gens assez dingues pour y croire.

Ces “théories” ne tiennent pas la route une seconde. Pas besoin de se taper des milliards de pages web pour comprendre ce qui est évident : le 11 septembre 2001, il y a eu une attaque combinée d’islamlistes radicaux. Comme à Londres ou à Madrid. C’est tout.
Le reste, c’est du tripatouillage malsain et vain.

Les vraies questions sont ailleurs. Et il y en a un paquet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *