Et si le politiquement correct n'était qu'une forme de courtoisie.

Standard
Oui, moi aussi j’ai le droit de faire des titres provocs. Il n’y a pas que Ménard et son “Vive Le Pen”. Ça c’est pour le référencement google.

 

Alors commençons par le début. Et d’abord c’est quoi le politiquement correct. Wikipedia nous donne la définition suivante : “Le politiquement correct désigne, presque toujours pour la dénoncer, une attitude véhiculée par les politiques et les médias, qui consiste à adoucir excessivement les formulations qui pourraient heurter un public catégoriel”.

 

Autrement dit, être politiquement correct (en France depuis les années 90), c’est en gros ne pas vouloir heurter un groupe d’individu. Bien. Bon déjà, je ne vois pas de problèmes interstellaires à ne pas vouloir heurter qui que ce soit. Je trouve ça même plutôt sympathique. Dire non-voyant plutôt qu’aveugle. C’est plus sympa. C’est pas grand chose mais c’est sympa. Et il n’y a pas de mal à être sympa, surtout si c’est sympa. (Je continue ?)

 

Mon problème ici, c’est le troupeau de tous ceux qui dénoncent le politiquement correct au motif qu’il attenterait à leur liberté d’expression.

 

Deux choses. D’abord, le politiquement correct n’est qu’une opinion. Souvent majoritaire d’ailleurs. Ensuite. Seule la loi peut brider la liberté d’expression. Je rappelle en passant que la liberté d’expression absolue n’existe nulle part sur la planète Terre (sauf pour les animaux, que je sache). Et heureusement.

 

Faut voir qui arbore le pin’s du “politiquement incorrect” aujourd’hui. Une majorité de populistes et d’arrivistes qui viennent geindre dans les médias qui les reçoivent, en expliquant combien ils en sont exclus, des médias. Ah oui et puis ça cite toujours du Voltaire (& Zadig parfois). Vous savez le “je déteste vos idées mais … votre droit de les exprimer”, tout ça. Entre nous, je ne sais pas trop ce que Voltaire aurait dit de la liberté d’expression des propagandistes de la radio des milles Collines au Rwanda. Mais bon. Je pointgodwinise.

 

Autant finir sur cette pirouette : est-ce que se dire victime du politiquement correct aujourd’hui en France, c’est pas le comble du politiquement correct ?

 

C’est mon avis et je le partage (sur twitter et ailleurs).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *