Petite expérience oulipienne sur Facebook en hommage à Perec

C’était il y a quelques jours sur mon compte facebook. Mon idée était simple, commencer une note sans lettre « e » comme Georges Perec dans son ouvrage « La disparition » et inviter ceux qui me suivent à faire pareil dans leur commentaire.

Une expérience oulipienne pour ceux qui ne savent pas trop ce que c’est (d’ailleurs qui sait vraiment ?) qui revient à s’imposer une contrainte absurde dans un processus de création quel qu’il soit. Comme ici.

Le dispositif : critiquer Sarkozy sans utiliser la lettre « e ».

Et voilà ce que ça donne. Merci aux rares participants !

Si vous me demandez à quoi ça sert tout ça c’est que vous n’avez pas l’esprit Oulipo. ;p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.