Portrait Le Monde : "Tristan Mendès France hyperactif du net"

Standard


(PHOTO: LAUREEN NOEL)

OLIVIER ZILBERTIN

“C’est un document un peu jauni par le temps et patiné par l’histoire. Un passeport, français, n° 2749, attribué par le protectorat de la République au Maroc à Liliane Cicurel, née au Caire le 28 février 1910. Mais on ne voit d’emblée qu’une inscription, une seule, en grosses lettres rouges, barrant la première page de la pièce d’identité : « annulé ». Le mot est tamponné deux fois, comme pour mieux marquer encore la pièce du sceau de l’infamie.

Liliane Cicurel était madame Mendès France, déchue avec son mari député, Pierre Mendès France, de la nationalité française par le régime de Vichy. Tristan Mendès France, petit-fils de l’ancien président du Conseil, n’a pas hésité une seconde à exhumer le passeport des archives familiales et à le mettre en ligne sur son blog, Egoblog (http://egoblog.net).

Même époque, autre document, tout aussi parlant : Français !… Il faut redevenir. Un livre publié par l’Institut de la question juive en mai 1941, un organisme antisémite de l’Etat français. « Le virus, c’est le juif », peut-on lire sur la couverture. « A l’heure du questionnement autour de l’identité nationale, ça donne un peu de recul, écrit Tristan Mendès France sur son blog. Puis j’aime l’idée de partager avec vous des documents d’avant le Net. » Le livre a été entièrement scanné et peut être donc intégralement consulté sur Egoblog.

Chez les Mendès, l’histoire majuscule et l’histoire personnelle de marient toujours un peu. Pierre Mendès France a eu deux fils. Bernard, décédé sans descendance. Et Michel, polytechnicien, qui a eu deux enfants, Tristan et sa petite soeur. Que ce soit sur son blog hypersubjectif et hypermédia ou sur Blogtrotters (http://www.blogtrotters.fr), vidéoblog participatif de reportages qu’il anime avec Alban Fischer, sur Twitter ou sur Facebook, Tristan Mendès France, 39 ans, est ce que l’on pourrait appeler un hyperactif du Net. Lui préfère se donner un « rôle de passeur » entre les générations d’avant et d’après le Net, d’ « acteur engagé » et humaniste, toujours en ligne ou presque à décortiquer les rumeurs, à croiser le fer avec les conspirateurs de tout poil, « chef d’orchestre de flux », en passe de se « dissoudre dans les réseaux sociaux ».

Parmi ses faits d’armes électroniques, la diffusion, grâce à Twitter, du prénom de Neda, jeune manifestante iranienne tuée par la police en juin 2009 et dont la vidéo a fait le tour de la planète Internet. La défunte n’était plus anonyme, et le prénom est devenu signe de ralliement des manifestants.

Pour Blogtrotters, il a parcouru l’Afrique noire, l’Asie, bloguant et twittant encore, au coeur des conflits armés ou des dictatures, aux frontières du Darfour ou au beau milieu du Kirghizistan, cherchant par exemple à rendre compte de la manière dont certains pays se penchent sur les périodes sombres de leur histoire. Au printemps, la chaîne Planète devrait diffuser son dernier documentaire sur la Birmanie. « La valeur de l’image, c’est l’image elle-même bien sûr, mais c’est surtout le processus qui permet que cette image soit à l’écran », dit-il. Or, à la télévision, « ce processus est invisible contrairement au Net ».

DU MONDE POLITIQUE AUX ARCANES DU WEB

Avant d’être « blogtrotter » engagé, il a beaucoup baigné dans le monde politique. Après un DEA de communication et de politique à la Sorbonne, il fut ainsi durant dix ans assistant du sénateur (PS) du Territoire de Belfort, Michel Dreyfus-Schmidt, disparu en 2008.

De son grand-père, qu’il désigne toujours par ses initiales, il se souvient « avoir eu tout le meilleur ». Tristan Mendes France avait à peine 12 ans quand son aïeul est mort. Longtemps, il confie avoir eu « du mal à rapprocher les deux images », du mal à faire le raccord entre le président du Conseil des livres d’histoire et le grand-père très affectueux qui le faisait sauter sur ses genoux. Le lien s’est opéré peu à peu grâce aux archives familiales.

Lorsqu’il a appris que se préparait un film avec Bruno Solo dans le rôle de Pierre Mendès France, son sang n’a fait qu’un tour. Puis Tristan a rencontré le réalisateur Laurent Heynemann et a donné son accord. D’autant plus que le téléfilm, qui sera diffusé sur France 2, est consacré au procès de Clermont-Ferrand et à son évasion. Un épisode qui rompt avec l’imagerie traditionnelle d’un PMF débonnaire. « Mais qui montre qu’il fut un vrai combattant, qu’il a risqué sa vie, qu’il a offert son poitrail aux balles », s’enflamme le petit-fils. Il avoue que quelques pièces exhumées des souvenirs familiaux l’émeuvent toujours autant. Certains de ces documents n’iront jamais sur le blog. Ainsi ce disque de vinyl enregistré par PMF pendant la guerre. Pierre Mendès France y chante une berceuse pour ses deux fils.”

Article publié dans le Monde Televisions du dimanche 14 et lundi 15 mars 2010

Posted via web from Tristao’s flux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *