Abus d'homonymie : le cas Thierry Mendès France

Standard

J’avoue que ça ne m’amuse pas des masses, mais je ne me vois pas laisser les choses en l’état sans rien dire.
Commençons par le début. Si je publie ce billet aujourd’hui, c’est d’abord parce que le Canard Enchainé que j’apprécie beaucoup par ailleurs, n’a pas été pas été très correct avec ma famille.
Dans un papier du 14 novembre 07 mentionnant les impayés de loyers HLM du fils de Bernard Tapie, le Canard explique que dans ce logement de luxe (boulevard Richard-Wallace à Neuilly-sur-Seine), ne figurait pas que des Tapie mais aussi d’autres “huiles de la République” dixit le Canard : les Barre et… les Mendès France. (?!)

Que les choses soient claires, nous n’avons jamais habité là-bas ni jamais bénéficié d’aucun logement HLM VIP.

Stupéfait de voir notre nom associé à cette affaire, j’ai fait une rapide recherche. Et j’ai constaté qu’il y avait bien eu des Mendès France dans ce logement HLM de luxe. Le Canard n’avait pas entièrement tort. Mais il s’agissait en fait d’homonymes ! Et plus précisément de Thierry Mendès France qui y était domicilié, d’après la Société Générale de Presse, au moins en 1998.

Ce monsieur et sa famille n’ont rien en commun avec nous, si ce n’est un lointain ancêtre, Jean Mardoché Mendès France, né en 1688, il y a plus de trois siècles. Leur famille et la nôtre sont deux choses bien différentes. Comme souvent dans les cas d’homonymie.

J’ai passé l’info à l’auteur de l’article au Canard qui a constaté qu’il y avait bien erreur sur la personne, mais n’a pas encore “réussi” à placer le correctif dans son journal. C’est vraiment dommage, parce que c’est une atteinte à la mémoire de mon grand-père. Il aurait été blessé par cette accusation. Sans parler de l’image exécrable que ça donne de ma famille.

En attendant, je m’autorise à faire un rectificatif ici sur mon blog pour que les quelques lecteurs du Canard qui passeraient par ici ne croient pas un instant que la famille de PMF ait pu profiter de logements HLM de luxe (ça serait le comble quand même).

Pour l’histoire, Thierry Mendès France est connu de ma famille depuis… l’époque de mon grand père. J’ai sous les yeux, une vieille sommation de justice datant du 20 avril 1967 que PMF avait été contraint d’envoyer à Thierry MF, après qu’il se soit fait passer pour son fils dans différents lieux de fête, milieux d’affaires ou dans les médias (voir l’Aurore de 67). Depuis, Thierry Mendès France qui, soit dit en passant, se présenta sur une liste UMP dans le 3e arrondissement aux dernières municipales à Paris, joue un jeu trouble avec cette filiation fantasmé. Je pense aussi à Patrick Mendès France (le cousin de Thierry) qui a un magasin de vêtements du même nom, rue du Four à Paris – j’y étais entré une fois, il y a quelques années, en demandant à une vendeuse si le dénommé Patrick était un descendant de l’ancien président du conseil. On m’a répondu que oui… je n’ai pas insisté.

Précision : ils portent le nom qu’ils portent et c’est le leur. Aucun problème. La seule chose qui est inacceptable, c’est qu’ils fassent croire autour d’eux (ou croient de bonne foi) qu’ils descendent de l’ancien président du Conseil*.

Voilà. Ça va mieux en le disant.

* Les descendants directs de PMF en vie aujourd’hui, il n’y en a plus que trois : mon père Michel, ma soeur Margot et moi. Au moins c’est pas compliqué. 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *