J'ai pris ma mort en main, et vous ?

Standard

La France, comme d’ailleurs la plupart des pays de la planète, refuse encore l’idée qu’un individu ait un droit à une mort digne. La mort, c’est l’affaire de tous dit-on, mais pas du premier intéressé. Et puis il y a cette lourde tradition chrétienne chez nous qui sublime la souffrance rédemptrice. Bien mourir, c’est en baver.
Un statu quo qui dure depuis toujours. Tout bien réfléchi, la situation actuelle ressemble pas mal à celle d’avant la légalisation de l’IVG en 1975. En ces temps reculés, les choses se faisaient de façon artisanale, salement, sans suivi médical. En un mot de manière barbare. Il aura fallu que les politiques se mettent (tardivement) en phase avec la réalité pour que le calvaire des femmes enfin s’atténue.
C’est la même chose pour l’euthanasie. L’illégalité qui marque toute aide au suicide, pousse le candidat à se débrouiller seul. Pendaison, défenestration, pilules, veines tranchées, autant de solutions hasardeuses qui, outre les supplices qu’elles peuvent engendrer, ne réussissent même pas toujours. Laissant le plus souvent la personne dans un état de vie pire encore.
Imaginer qu’un jour, on ne m’aide pas à mourir dignement, qu’on m’oblige à rester en vie en dépit d’une vie qui n’en est plus une, ça a le goût de l’enfer. Et cet enfer, si on l’a imposé à un jeune tétraplégique, il n’y a aucune raison qu’on ne nous l’impose pas à chacun d’entre nous.

Et ça, pour moi, c’est barbare. Il y a, à mes yeux, clairement un pas civilisationnel à franchir. Celui qui nous enverrait dans un monde où la mort ne serait pas trustée par l’obscurantisme, où l’on pourrait organiser son propre départ, au mieux, à son rythme, à sa façon.
« Notre choix de la mort est un acte de liberté » avait dit l’ancien ministre Roger Quillot en 98 avant de se suicider. Et franchement, depuis, rien n’a changé. La liberté dont il s’est emparé n’est pas entrée dans notre droit positif.

J’ai donc décidé (j’y pensais depuis quelques années déjà) d’adhérer à l’ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité). Pas pour me suicider demain 😉 , mais pour bénéficier d’une carte de membre indiquant mes directives anticipées. Faire du mieux qu’on peut avec ce qu’on a (une législation imparfaite). Et à défaut d’organiser son départ, on tente de limiter les dégâts (notamment l’acharnement thérapeutique…).

ADMD

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *