Un projet de hotspot global par satellite annonciateur du Web 3.0 ?

Standard

C’est encore la revue hype Wired qui l’annonce : Le géant de la télécommunication Inmarsat va lancer (c’est une question de semaines), deux super-satellites de communication qui vont propulser du ultra-haut débit sur presque toute la planète. On appelle ça – autant le savoir avant les autres 😉 – le BGAN (Broadband Global Area Network). Opérationnel dès 2006. “Le service couvrira 88% de la planète” annonce fièrement Chris McLaughlin Vice-président d’Inmarsat.
Bientôt finie la recherche harassante d’un Hotspot ouvert et non payant dans nos villes ? (Activité qui reste un sport de haut niveau même à Paris où administrations et cafetiers ne semblent pas encore avoir tout à fait compris l’intérêt de la chose…).

En attendant, le campus du MIT (la fameuse université tek du Massachusett/USA qui compte 10 000 heureux étudiants) est devenu, il y a peu, la plus grande entité géographique couverte par un seul réseau WiFi. Cette prouesse, l’université a décidé de la célébrer avec une expo titrée “iSpots“. Cette dernière propose une projection en temps réel de la carte du campus sur un mur de plexiglas, montrant l’activité WiFi de tous les usagers-étudiants (notamment leur position géographique). À la vue de l’exposition, Carlo Ratti, du département Urban Studies and Planning du MIT, constate que “les ordinateurs portables et le WiFi sont en train de créer une révolution dans la manière dont les gens ont de travailler“. L’expo montre surtout de façon flagrante ce qu’à grande échelle la fusion du sans-fil et de la géolocalisation pourrait donner…Je me prends alors à rêver. Si la planète était entièrement Wifisée et géolocalisée, peut-être toucherions nous du doigt l’énigmatique Web 3.0 que j’évoquais ici :

“…une belle utopie qu’on pourrait appeler pourquoi pas, le WEB 3.0 (en référence au WEB 2.0* et un clin d’oeil à la 3ème dimension) qui verrait la fusion totale de l’Internet à son environnement spacial et social, ainsi que celle des individus avec leurs avatars.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *